Rock’n Bintz : un dimanche sans fausses notes

Trois groupes étaient programmés dimanche 8 mai à l’occasion de la journée Rock’n Bintz organisée par EMV prod. Nouméa City Rock était l’un des partenaire de cet événement. L’occasion d’écouter trois univers musicaux tout au long de la journée avec des reprises et des compos.

C’est le groupe What’s Up qui a eu la lourde tâche de lancer les premières notes vers 11h30. Un groupe de reprises pop-rock. Des chansons parfaitement maitrisées par une formation qui vient de s’enrichir d’un clavier et d’accueillir un nouveau batteur. Les premières chansons étaient de bonnes surprises, car pas souvent interprétées par des groupes calédoniens. Excepté la fin de leur set qui contenait la sempiternelle reprise des White Stripes « Seven Nation Army » ou encore l’éternel « Knocking on heavens door » des Guns repris des milliards de fois. Excepté ces deux titres, leur répertoire était agréable – notamment avec la reprise d’une chanson d’Aznavour- rythmiquement bien en place et porté par une chanteuse bien en voix. Une bonne surprise pour un groupe que l’on ne connaissait que de nom et qui mérite d’être entendu.

Après un quizz acharné autour des questions de Pierre, l’organisateur de l’événement, c’est le groupe Nova vers 16h qui est venu apporter son énergie et son expérience. Des titres bien rodés, avec parfois des reprises elles aussi souvent jouées notamment de The police. Ce qui peut faire la différence c’est quelles sont portées par l’un des chanteurs du groupe Jérôme Ville dont la tessiture et le timbre de voix rendent honneur à Sting. Que dire également de la prestation magistrale de Sébastien Helfer sur les morceaux d’AC/DC. Toujours bluffant. On croirait vraiment entendre Brian Johnson. Les titres des Red Hot Chili Peppers font leur effet auprès du public qui se met à danser. Et Nova a eu  le bon goût, en début de set, de proposer une de leur compo « Take Me ».

Finalement, la maitrise vocale (Sébastien et Jérôme) et la rythmique redoutable de Rodolphe et Julien, soutenue par Clément, apportent un plus indéniables sur les reprises que l’on entend (trop ?) souvent. D’autant que leur énergie et sans faille. Bref, Nova reste une valeur sûre qui ne déçoit jamais.

La journée s’est terminée avec le seul groupe qui ne proposait que des compositions : White Trash. Un groupe de stoner qui puise ses influences dans certaines branches du Metal. Leur musique est lourde et hypnotique. Et la bonne sono de la journée nous a permis d’écouter, à sa juste valeur, la voix de leur guitar-hero : Ludo. C’est un atout pour le groupe.

Les rythmes ne sont pas rapides, mais ils installent des ambiances assez intéressantes. Beaucoup d’envolées de soli. Un peu trop à notre goût car l’on s’y perd un peu, mais les amateurs du genre en ont pour leur argent. Sur la batterie imperturbable de Moe, Ludo et Romain cherchent à emmêler leurs notes, leurs larsens, à faire succéder leurs envolées guitaristiques avec un plaisir visible. N’est ce pas le plus important ?

White Trash gagne en maturité à chacune de ses sorties et pour peu que leurs titres soient parfois un peu plus chantés, ils pourraient enfoncer le clou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.