Boston, un groupe à part dans les années 70

Le leader de Boston, Tom Scholz, s’est rappelé son début de carrière, dans une récente interview accordé à Rock Candy Magazine. Il a qualifié son groupe d’outsider lors de son émergence parmi les géants du rock dans les années 70. Une arrivée qui “a vraiment énervé les gens” a-t-il déclaré.

“Je ne faisais pas partie de la scène rock qui a enregistré ou joué à L.A. ou à New York à cette époque, en 1976”, a déclaré le multi-instrumentiste “Je ne faisais pas partie de la culture de la drogue ; Je n’en savais rien. Je n’étais pas aux soirées. Je n’ai fait aucune de ces choses. J’étais comme cette énigme qui sortait de nulle part, et ça a vraiment énervé les gens”, a-t-il poursuivi. “Il y avait beaucoup de gens, et il y en a encore aujourd’hui, qui m’en veulent totalement à moi et à la musique de Boston. Ils ne comprendront jamais ce qu’il y avait dans cette musique ou ce qu’il y avait derrière, ou, une fois qu’elle a eu du succès, ce que j’avais l’intention d’en faire.
Cette partie de notre carrière n’était pas agréable”
.

L’album de Boston, que Scholz a en grande partie enregistré dans le studio du sous-sol de sa maison du Massachusetts, a terminé multi disque de platine avec des classiques comme “More Than a Feeling”, “Peace of Mind” et “Foreplay/Long Time”. Mais Tom Scholtz pensait que son projet n’irait probablement nulle part.“J’allais envoyer des démos”, a-t-il déclaré. “Et en supposant que je n’aie que des refus, ce que je pensais, j’allais démonter tout l’équipement, tout vendre et récupérer le peu que je pouvais de l’argent que j’avais dépensé”.