Les choses à savoir sur le dernier album de Scorpions

Scorpions sortira « Rock Believer », leur 19e album, en février. Le disque arrive 50 ans après celui de leurs débuts, Lonesome Crow. L’objectif de cet enregistrement était de revenir au son des albums classiques de Scorpions comme Blackout, Love at First Sting et Lovedrive.
Leur producteur Hans-Martin Buff s’est largement exprimé sur cet opus sur Classic Rock and Culture. Voici l’essentiel à savoir sur les nouvelles chansons du groupe Allemand.

Le travail avec Klaus Meine était facile :« Klaus [Meine] est probablement le chanteur le plus facile avec lequel j’ai jamais travaillé. Dès le premier jour où j’ai enregistré des voix avec lui, il était complètement ouvert aux suggestions. Vous entrez, et il est très créatif et très accommodant. Si vous dites : « Pouvez-vous réessayer et essayer ceci ?  » et peut-être même : « Ces paroles ne se fondent pas dans ces paroles, devrions-nous essayer autre chose ? », il est totalement ouvert ».

Avec les guitaristes Rudolf Schenker et Matthias Jabs, l’accent était mis sur l’obtention des bons sons. « Ils sont tous les deux pointilleux dans la façon dont ils savent ce qu’ils n’aiment pas. Ils aiment chercher ce qu’ils aiment ».

Mikkey Dee, qui a récemment rejoint Scorpions après des années à Motorhead, s’est fondu avec joie dans le groupe. « Mikkey était toujours joyeux », déclare le producteur. « C’était la première fois que je travaillais avec lui, et je ne savais pas à quoi m’attendre. Il est vraiment sympathique. Vous faites simplement partie de sa famille, et j’apprécie vraiment cela. »

Scorpions a voulu s’inspirer des albums du passé comme Blackout, Love at First Sting et Lovedrive.

Rock Believer n’aurait pas pu être créé par quelqu’un d’autre.

Le nouvel album de Scorpions a été enregistré principalement en direct en studio. Il y avait un lien spécial qui était visiblement évident au fur et à mesure que les sessions progressaient, ce qui, selon Buff, a donné au groupe une énergie distinctive. Ce dernier a remarqué la camaraderie entre les membres des Scorpions dès le premier jour de son arrivée. « Dès le départ, même lorsqu’ils n’enregistraient pas ensemble, mais du moment où ils étaient ensemble, ils appréciaient la compagnie de l’autre. Quand ils enregistraient ensemble, il y avait ce sentiment de familiarité. »

Le groupe voulait revisiter le feeling de ses albums classiques mais pas le reproduire.

Scorpions a voulu s’inspirer des albums du passé comme Blackout, Love at First Sting et Lovedrive. Il était même prévu d’aller d’incorporer certains des équipements que le groupe utilisait dans les années 70 et 80, mais l’idée a été abandonnée.« Nous avons décidé de ne pas faire ça », explique le producteur, notant que « le son du groupe a évolué sur le plan sonore » depuis cette époque. Essayer de copier directement ce son des années 70 et 80 n’aurait pas eu beaucoup de sens. « Mais cela dit, dès le début, il était clair qu’ils allaient faire un album rock. »


Il y a plusieurs titres épiques sur le LP.

Le producteur souligne « Call of the Wild », « Un genre épique à la Led Zeppelin avec des solos sans fin et tout. C’est tout simplement génial. » Un autre point fort, dit le producteur, est « Seventh Sun », qui « s’est vraiment développé comme un effort conscient pour apporter ce type de lourdeur à l’album qui ressemble un peu à « China White ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *