Paul Cramet ( ex-Yellow Press Toy) en solo

De guitariste-chanteur énervé impulsant rageusement des riffs de Rock British dans les nuits Nouméennes, il nous revient en dandy Parisien androgyne avec de la Pop Française acidulée. “Il” c’est de Paul Cramet, l’ancien chanteur et guitariste de Yellow Press Toy. Parti de Nouvelle Calédonie en 2013 pour découvrir de nouveaux challenges, il est en passe de sortir un EP dans un style musical qui pourrait en étonner plus d’un, sous le nom de Andrée Beaubois.

Paul nous raconte que tout à commencé lors du premier confinement. 

J’ai commencé à composer des morceaux qui étaient destinés à être un projet solo, dans un esprit très summer en anglais, ça m’a permis de me sortir un peu de ce quotidien triste d’être enfermé chez soi toute la journée pendant un mois et demi. Puis les mois ont passé, j’étais content du résultat mais c’était sans trop de perspective d’avenir”.

Habituellement adepte de l’anglais pour écrire ses textes, Paul a été convaincu par un ami de se mettre à écrire en Français. 

“J’étais toujours convaincu que je n’en avais pas les capacités et que ça serait très simplet. Je me suis pris au jeu, en adoptant les façons de chanter et d’écrire très à l’anglaise et à l’adapter en français pour ne pas singer les groupes français déjà en place et être un énième projet identique”. 

Son sens de la mise en scène, nous avions pu nous en apercevoir lorsqu’il était à Nouméa avec Yellow Press Toy. Semer la confusion et troubler les pistes également. En suivant les pas d’artistes comme David Bowie

“J’ai toujours eu une fascination pour les musiques très théâtralisées, comme le faisait Bowie, Scott Walker, Brel … ou plus récemment avec Foxygen, Father John Misty … et j’avais l’impression d’être limité dans mes groupes dans les sens où ma vision grandiloquente était souvent tamisée pour avoir un côté plus terre à terre”. 

Et comme il faut parfois un coup de pouce du destin pour faire aboutir certains projets, c’est Clément Roussel, son producteur et ingénieur du son, qui a endossé le rôle de catalyseur. “Je lui ai envoyé mes chansons en décembre et une semaine après nous étions en studio parce qu’il avait aimé les démos”. Raconte Paul.

Un premier clip est sorti intitulé “Garçons Sauvages”. Un second sortira en septembre avant la sortie du premier EP : Azur Club, à la fin de l’année. 

Pour la composition, Paul dit avoir pris avantage des technologies à sa disposition et d’avoir utilisé tous les instruments qu’il aime sans aucune limite. Que ça soit de l’orchestre à la boîte rythme. 

En marge de la musique, qui ne l’a jamais quitté, Paul Cramet travaille pour une marque qui s’appelle Cool ™. Il est mannequin pour eux et styliste. “On présente nos collections à la Fashion week homme donc c’est beaucoup de pression mais c’est agréable d’alterner entre ces deux jobs créatifs”.

Pourquoi Andrée Beaubois ?

« Le nom du projet est assez lié à l’occulte. C’est le nom de ma grand-mère maternelle que j’aimais énormément. Un jour, avec une amie médium j’ai eu sa visite et elle m’a dit qu’elle veillait sur moi et cela a été  une expérience très intense émotionnellement. Par la suite, j’ai fais des recherches et j’ai trouvé une autre ancêtre qui portait le même nom. Et cette autre Andrée Beaubois était née le même jour que moi en 1909. C’est là que j’ai pris la décision de prendre ce nom pour mon projet. Je le trouvais élégant et il porte aussi une certaine androgynie qui est une partie importante de ma personnalité. Je joue avec les codes tout en étant très attaché à ce nom là ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.