Leäk : hypnotique…

Leäk était en concert vendredi 09 juillet au Petit Théâtre du Mont-Dore. Un moment attendu car rares sont les apparitions du groupe tant leur musique, protéiforme, demande un espace adapté au son, à la lumière et à la vidéo. Trois éléments indispensables, imbriqués, qui permettent à la formation de Vincent Girardot de donner sa pleine mesure. Et vendredi, pendant près de deux heures, le public a été plongé dans un univers dont on ne ressort pas indemne. 

La grande force de Leäk est de procurer des émotions : la colère, les amours contrariés, la solitude, la mélancolie – entre autres-  sont mises en scène au travers d’une musique subtile, d’images et de vidéo soignées et mixées au cordeau, de lumières intimistes. 

Les musiciens, Ludovic Ledanté à la guitare et à la basse, Thomas Vincent à la batterie et Vincent Girardot, compositeur et multi-instrumentiste ont offert un spectacle de haute volée qui ne souffre pas d’approximation tant chaque instant, chaque moment, doit être précisément à sa place pour ne pas couper le fil de l’ambiance hypnotique dans laquelle sont plongés les spectateurs. Ils s’en sont sortis avec brio. Et leur prestation ne dépareillerait pas sur des scènes internationales.

Le concert en lui-même ? Des titres qui se succèdent et qui ne donnent pas le temps au public d’applaudir, car encore sous le coup de l’émotion hypnotique de  chaque tableau. Les images d’une course de moto sont, par exemple,  mixées avec un instrumental au tempo lent. Un paradoxe brillant. La force rageuse des vagues projetée sur grand écran va amplifier la lourdeur et les cris de la musique. Les séquences parlées de la série  True Detective  apportent, au moment opportun, une présence vocale unique dans leur set. Encore, le mix en live des mains de Vincent jouant du piano sur un des titres final était un véritable tableau de maître. Ce qui amène à saluer  la prestation d’Hervé André, véritable 4e membre du groupe,  qui a mixé les vidéos en live. Tout est à écouter. Tout est à regarder. Et l’on s’enfonce dans nos pensées profondes comme un plongeur en apnée dans le grand bleu. Seul avec soi-même.

Toutefois, pour ma part, un seul petit regret : l’ambiance générale du set est assez sombre. Et comme les émotions sont fortes, j’aurai apprécié quelques touches plus légères sur des sentiments de joie et/ou bonheur dans leur palette d’ambiance musicale. Du coup, vers la fin du set, j’ai eu une impression de longueur. 

A part cela, je ne peux que vous recommander de ne pas louper leur prochaine prestation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.